Puis-je signer une rupture conventionnelle durant la période de pandémie de Coronavirus -Covid-19 ?

Mis à jour : avr. 27

De nombreux clients nous contactent afin de savoir si :


  • Ils peuvent signer une rupture conventionnelle malgré la période de confinement ; et

  • la pandémie peut avoir une conséquence sur la rupture conventionnelle antérieurement signée et non encore homologuée ?

I/ Qu’est-ce qu’une rupture conventionnelle ?


La rupture conventionnelle est un mode de rupture du contrat de travail dit amiable. Autrement dit, l’employeur et le salarié souhaitent tous deux rompre le contrat de travail.


Elle permet à l’employeur et au salarié de trouver une solution rapide et efficace, évitant aux deux parties des procédures judiciaires longues et coûteuses, et évitant au salarié de se retrouver dans l’obligation de démissionner et de perdre en partie ses droits au chômage (nb : le gouvernement a modifié et prévoit de continuer à modifier les conditions d’obtention du chômage).


L’article L.1237-11 du code du travail définit la rupture conventionnelle comme suivant :


« L'employeur et le salarié peuvent convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie.

La rupture conventionnelle, exclusive du licenciement ou de la démission, ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties.

Elle résulte d'une convention signée par les parties au contrat. Elle est soumise aux dispositions de la présente section destinées à garantir la liberté du consentement des parties. »

II/ Rupture conventionnelle et Coronavirus – Covid-19


1) Puis-je signer une rupture conventionnelle durant la période de confinement du coronavirus - COVID-19 ?


Juridiquement, il n’existe aucune restriction quant à la signature d’une rupture conventionnelle durant cette période délicate pour tous.


Les principales précautions à prendre sont sanitaires, avec l’organisation d’un entretien préalable par vidéoconférence, ainsi que l’organisation, en évitant tout risque, du rendez-vous de signature de la rupture conventionnelle.


Les parties peuvent convenir d’opter pour le chômage partiel dans un premier temps, afin d’attendre la fin du confinement pour signer, en personne, la rupture conventionnelle. Cela permettrait de respecter le confinement sans faire peser un poids supplémentaire sur l’entreprise, et sans léser le salarié.

2) La pandémie de coronavirus influence-t-elle l’homologation de ma rupture conventionnelle ?


Votre employeur a déjà transmis à l’administration (la Direccte) votre demande de rupture conventionnelle, et vous vous interrogez sur l’incidence de la pandémie actuelle ?

Si la signature de la rupture conventionnelle reste possible, une attention doit être portée sur le délai d’homologation.


Ainsi, si le délai d’homologation devait expirer avant le 12 mars 2020, la rupture conventionnelle est considérée comme homologuée.


Si le délai d’homologation n’a pas expiré au 12 mars 2020, il est alors suspendu, et reprendra un mois suivant le terme de l’état d’urgence sanitaire.


S’agissant des ruptures conventionnelles non-encore transmises à la Direccte, le point de départ du délai d’homologation sera reporté au jour suivant le délai d'un mois suivant le terme de l’état d’urgence sanitaire. (fin de l'état sanitaire + un mois = point de départ du délai).


Le coronavirus n’impactera donc pas, en lui-même, la signature de la rupture conventionnelle, mais retardera son l’homologation.


Attention, certaines Direccte affirment être en mesure de procéder à l'homologation des ruptures conventionnelles transmises de préférence par internet, via le site : https://www.telerc.travail.gouv.fr

Au regard de la difficile lecture de la politique gouvernementale, nous vous invitons à : 


1) Transmettre vos rupture conventionnelle via le portail suivant : https://www.telerc.travail.gouv.fr


2) Essayer de télécharger, au terme du délai d'homologation, le certificat d'homologation sur le site de la Direccte. Seul ce certificat permettra de vous assurer de la bonne homologation de votre rupture conventionnelle. En l'absence de tout certificat, contactez la Direccte afin que cette dernière vous confirme la suspension du délai d’homologation.



Par une ordonnance du 15 avril 2020 (2020-427), le gouvernement est venu préciser la réglementation applicable aux ruptures conventionnelles durant cette période exceptionnelle (la réglementation découle de l’ordonnance du 25 mars 2020, n°2020-306).


Le délai de rétractation n’est pas impacté. Vous pouvez donc signer votre rupture conventionnelle et faire courir le délai de rétractation. L’article 2 de l’ordonnance du 15 avril précise cela :


« Le présent article n’est pas applicable aux délais de réflexion, de rétractation ou de renonciation prévus par la loi ou le règlement ».


Le délai de rétraction est uniquement suspendu pour les personnes travaillant dans la fonction publique.


L’homologation, elle, reste pour le moment suspendue. Le gouvernement n’est donc pas encore revenu sur la suspension de l’homologation. Pour autant, et comme précisé, certaines Direccte continuent d’homologuer (Marseille, Hauts-de-Seine). La Direccte 75 (Paris) semble pour le moment avoir suspendu ses homologations.


Attention, le gouvernement viendra éventuellement, par décret, exclure le délai d’homologation du champ d’application de cette ordonnance dans les prochains jours. Affaire à suivre.


Veuillez noter que le gouvernement n'avait pas anticipé cette problématique, et qu'il vient de se rendre compte que de bloquer les ruptures conventionnelles n'étaient pas dans son intérêt. On devrait donc avoir une solution dans les prochains jours, afin de pouvoir obtenir l'homologation des ruptures conventionnelles.


FIN DE LA SUSPENSION DES HOMOLOGATIONS ! Par un décret n°2020-471 du 24 avril 2020, le gouvernement est (Enfin) venu mettre fin à la suspension des homologations des ruptures conventionnelles. Les délais d’homologation qui avaient été suspendus à partir du 12 mars 2020 reprennent à partir du 26 avril 2020. Le délai ne repart pas à zéro, il reprend dans la situation dans laquelle il se trouvait au 12 mars 2020.


3)Comment se préparer pour « l’après-pandémie » ?


La sortie de la crise sanitaire, que l’on espère la plus protectrice possible, aura indéniablement des conséquences sur l’activité économique des sociétés.

Certaines fermeront, d’autres procéderont à des plans de licenciements économiques ou de départs volontaires, et d’autres rechercheront une solution plus adaptée à la taille ou au besoin, laquelle pourra être la rupture conventionnelle.

Les salariés doivent se préparer à l’éventualité d’une rupture du contrat de travail, et doivent, à ce titre, se protéger et se renseigner sur la rupture conventionnelle, et notamment :


L’anticipation est nécessaire, mais le bon respect des mesures de confinement est primordial, ainsi que le soin apporté à ses proches, amis et voisins. La vie et l’entraide priment.


Le Cabinet CHG-Avocat reste à votre disposition pour toute question sur la rupture conventionnelle.


LE CABINET

26, Avenue George V

Paris, 8ème arrondissement

  • LinkedIn Social Icône

CONTACTEZ-NOUS

Formulaire de contact en dernière page

© 2019

Rupture conventionnelle - Avocat - Indemnités - Préavis - arrêt maladie - Grossesse - Burnout -Chômage - Pas Cher

Paris - Marseille - Bordeaux - Grenoble - Nantes - Lyon - Toulon - Rennes - Lille - Clermont - Aix-en-Provence - Neuilly - Saint-Paul